OK

“Nous formons les étudiants à devenir les bras droit des artistes.” Interview de Régine Djalo, Responsable des Formations à l'IESA de Lyon

Marché | Arts Vivants | Événements | Mécénat
PAR François Boutard | 25 janvier 2016, 11h16
“Nous formons les étudiants
à devenir les bras droit des artistes.”
Interview de Régine Djalo, Responsable des Formations à l'IESA de Lyon

IESA à Lyon, 2 place Antonin Jutard



François Boutard
Rédacteur Art et Culture
Biographie »

Icone-facebook Icone-tweet Icone-google Icone-in Icone-post Icone-print


Les étudiants qui se destinent aux métiers de la culture se voient proposer plusieurs formations de qualité. Compte tenu du contexte actuel, ces parcours nécessitent ambition, ténacité, professionnalisme et forte culture générale.

Régine Djalo, Responsable des Formations à l’IESA Lyon et du Bachelor Organisation de projet artistique et culturel a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Régine Djalo, pouvez-vous nous présenter l’IESA ?

L’IESA est une école ayant son siège à Paris et une antenne à Lyon où nous nous trouvons aujourd’hui. À Paris, il existe deux écoles : IESA art&culture et IESA multimédia. Sur Lyon, notre identité est IESA. Nous formons nos étudiants sur un programme Bachelor et nous dispensons aussi des formations professionnelles.

Notre Bachelor “Organisation de projet artistique et culturel” peut s’effectuer en 3 ans ou en 2 ans avec une admission parallèle en seconde année. La première promotion sortira diplômée à l’été 2016.

Quelles sont les spécificités de l’enseignement du parcours Bachelor ?

Je crois fortement au décloisonnement entre l’art contemporain et le spectacle vivant, c’est pourquoi nous confrontons nos étudiants aux deux secteurs qui s’imbriquent de plus en plus. Le milieu artistique est élitiste, c’est pourquoi il est important que nos étudiants possèdent la culture de ces deux secteurs.

Une forte attention est prêtée au numérique aussi dans des domaines comme la communication, la médiation, la vente d’œuvres d’art ou la monstration des pièces. 

Enfin, j’ai la vision ambitieuse de confronter les étudiants au montage (à la production) de projets dans un contexte international. La maîtrise de l’anglais est primordiale. ...



Parcours de professionnelle Maria Rita Cerilli, Responsable du service presse et digital à la Peggy Guggenheim Collection de Venise

Arts plastiques | Institutions | Médias
PAR Pauline Weber | 24 septembre 2015, 13h03
Parcours de professionnelle
Maria Rita Cerilli, 
Responsable du service presse et digital
à la Peggy Guggenheim Collection de Venise

Courtesy Peggy Guggenheim Collection de Venise, Photo by David Heald



Pauline Weber
Rédactrice Art et Culture
Biographie »

Icone-facebook Icone-tweet Icone-google Icone-in Icone-post Icone-print


Maria Rita Cerilli, pouvez-vous revenir s’il vous plait sur votre parcours académique ainsi que sur votre expérience au sein de la Peggy Guggenheim Collection de Venise ?

Diplômée de l’Université de Pise, je suis titulaire d’un master en langues étrangères et littérature avec une spécialisation en histoire de l’art. Ma formation comprend ainsi l’édition, la traduction et l’écriture.

Je suis arrivée à la Peggy Guggenheim Collection de Venise en 2007 en intégrant le département des publications puis j’ai migré vers le bureau de presse avec pour objectif de développer la communication et les réseaux sociaux.  

Quels outils mettez-vous en place afin de promouvoir la programmation culturelle et la vie de la Fondation Guggenheim ?

Nous travaillons avec la presse. Notre principal moyen de communication pour une exposition reste le communiqué de presse. C’est un point de départ pour la mise en place du kit média qui comprend à la fois données chiffrées, formulaires, visuels, extraits de catalogues d’exposition, etc.

Par ailleurs, nous nous efforçons de développer un maximum notre présence sur les réseaux sociaux. Ce type de communication se construit au jour le jour. À cet effet, deux posts en moyenne alimentent chaque jour chacun de nos réseaux sociaux, avec pour objectif de communiquer sur le musée, ses événements, l’histoire de Peggy Guggenheim, sa collection, tout en rendant le lieu aussi vivant et dynamique que Peggy l’était....



Parcours de professionnelle Elena Soboleva, Spécialiste Art Contemporain chez Artsy

Arts plastiques | Marché | Médias
PAR Pauline Weber | 24 septembre 2015, 10h50
Parcours de professionnelle
Elena Soboleva, 
Spécialiste Art Contemporain chez Artsy

Portrait d'Elena Soboleva par Molly Gottschalk



Pauline Weber
Rédactrice Art et Culture
Biographie »

Icone-facebook Icone-tweet Icone-google Icone-in Icone-post Icone-print


Bonjour Elena, vous êtes aujourd’hui Spécialiste Art Contemporain chez Artsy. Avant d’entrer dans les détails de votre fonction, pourriez-vous revenir rapidement s’il vous plait sur votre formation et votre parcours professionnel ?

J’ai étudié conjointement l’histoire de l’art et l’économie à l’Université de Toronto. Mon diplôme en poche, j’ai travaillé dans une galerie de Toronto avant de m’envoler pour New York où j’ai collaboré au sein de la Galerie Jack Shainman.

Vous avez débuté votre carrière chez Artsy en tant que coordinatrice galeries il y a maintenant trois ans. Comment votre poste a–t-il évolué avec le succès croissant de Artsy ?

Depuis mon arrivée, Artsy a en effet triplé de taille ! Le site référence maintenant plus de 60 foires d’art.

Aujourd’hui, je travaille davantage avec nos collectionneurs afin de coller au mieux à leurs exigences et à la complexité du marché. 

De plus, je m'efforce de développer une stratégie spécifique pour chaque région du monde. Cela passe par la programmation des Artsy’s VIP dans les foires internationales mais aussi par l'organisation d’événements et de ventes aux enchères....



BILLETS DES ÉDITORIALISTES

ARCHIVES

Derniers articles

2015

2014

2013


VOUS AUSSI CONTRIBUEZ SUR ART360. PROPOSEZ VOTRE ARTICLE ICI