OK

Parcours de professionnelle Maria Rita Cerilli, Responsable du service presse et digital à la Peggy Guggenheim Collection de Venise

Arts plastiques | Institutions | Médias
PAR Pauline Weber | 24 septembre 2015, 13h03
Parcours de professionnelle
Maria Rita Cerilli, 
Responsable du service presse et digital
à la Peggy Guggenheim Collection de Venise

Courtesy Peggy Guggenheim Collection de Venise, Photo by David Heald



Pauline Weber
Rédactrice Art et Culture
Biographie »

Icone-facebook Icone-tweet Icone-google Icone-in Icone-post Icone-print


Maria Rita Cerilli, pouvez-vous revenir s’il vous plait sur votre parcours académique ainsi que sur votre expérience au sein de la Peggy Guggenheim Collection de Venise ?

Diplômée de l’Université de Pise, je suis titulaire d’un master en langues étrangères et littérature avec une spécialisation en histoire de l’art. Ma formation comprend ainsi l’édition, la traduction et l’écriture.

Je suis arrivée à la Peggy Guggenheim Collection de Venise en 2007 en intégrant le département des publications puis j’ai migré vers le bureau de presse avec pour objectif de développer la communication et les réseaux sociaux.  

Quels outils mettez-vous en place afin de promouvoir la programmation culturelle et la vie de la Fondation Guggenheim ?

Nous travaillons avec la presse. Notre principal moyen de communication pour une exposition reste le communiqué de presse. C’est un point de départ pour la mise en place du kit média qui comprend à la fois données chiffrées, formulaires, visuels, extraits de catalogues d’exposition, etc.

Par ailleurs, nous nous efforçons de développer un maximum notre présence sur les réseaux sociaux. Ce type de communication se construit au jour le jour. À cet effet, deux posts en moyenne alimentent chaque jour chacun de nos réseaux sociaux, avec pour objectif de communiquer sur le musée, ses événements, l’histoire de Peggy Guggenheim, sa collection, tout en rendant le lieu aussi vivant et dynamique que Peggy l’était....



"Pas de création sans gestion et pas de gestion sans création" Interview de Lucas Delattre Professeur et chargé des enseignements liés à la communication, aux médias et au digital à l'Institut Français de la Mode à Paris

Arts plastiques | Design | Marché | Arts Vivants | Institutions
PAR Pauline Weber | 23 juillet 2015, 10h10
"Pas de création sans gestion 
et pas de gestion sans création"
Interview de Lucas Delattre
Professeur et chargé des enseignements liés à la communication, aux médias et au digital
à l'Institut Français de la Mode à Paris

L'Institut Français de la Mode, quai d'Austerlitz, Paris



Pauline Weber
Rédactrice Art et Culture
Biographie »

Icone-facebook Icone-tweet Icone-google Icone-in Icone-post Icone-print


Les étudiants, désireux de s’engager dans une carrière à la croisée de la mode et du luxe, ont aujourd’hui le choix entre plusieurs formations de qualité. Compte tenu du contexte actuel et des spécificités du secteur, ces parcours requièrent une expertise et des savoir-faire précis.

Lucas Delattre, professeur et chargé des enseignements liés à la communication, aux médias et au digital à l’Institut Français de la Mode a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions. École unique en son genre dispensant exclusivement des formations de 3ème cycle, elle propose depuis sa création en 1986 un programme en Management Mode, Design et Luxe. 

Sur quels fondements se base le Programme Postgraduate en Management, Mode, Design et Luxe ?

Il s’agit d’une formation de niveau Bac+5 destinée à rapprocher le management de la création, afin de permettre à cette industrie d’embaucher des cadres conscients des spécificités du secteur. 

L’école a en effet été créée pour que chacun apprenne la langue de l’autre : pas de création sans gestion et pas de gestion sans création.

Nous sommes passés d’une société de consommation à une société de communication. Comment votre formation a–t-elle été à même de répondre à ces mutations ?
 
Les disciplines enseignées à l’IFM sont sans cesse adaptées à l’évolution de l’économie et des marchés. La communication dans toutes ses dimensions, en particulier le digital, est évidemment un élément central du cursus IFM.

Cependant, nos enseignements sont centrés autour de certaines exigences fondamentales : une bonne communication ne pourra jamais se faire dans le vide ni remplacer un produit mal conçu, mal pensé, mal fabriqué…...



Les 'serious games' pourront-ils rajeunir le profil des visiteurs d'un musée ?

Arts plastiques | Institutions | Médias
PAR François Boutard | 16 juillet 2015, 10h53
Les 'serious games' pourront-ils rajeunir le profil des visiteurs d'un musée ?

Le 'serious game', un moyen efficace d'amener les jeunes générations au musée.



François Boutard
Rédacteur Art et Culture
Biographie »

Icone-facebook Icone-tweet Icone-google Icone-in Icone-post Icone-print


Comment rajeunir le profil des visiteurs d’un musée ? Le serious game qui combine une intention pédagogique avec des ressorts ludiques est un moyen efficace d’amener les jeunes générations au musée. 

Ainsi, le jeudi 12 février 2015, l’Institut du monde arabe a publié le premier jeu vidéo destiné à faire découvrir aux plus jeunes (de 7 à 11 ans) la richesse culturelle du bassin méditerranéen et donc les collections du musée.

L’application Medelia est téléchargeable sur tablettes, smartphones (iOs, Android) et sur le site web du musée. Chaque enfant crée son avatar, résout des énigmes et découvre le patrimoine culturel de six grandes cités médiévales à différentes époques : Constantinople, Damas, Le Caire, Kairouan, Cordoue ou encore Venise. ...



BILLETS DES ÉDITORIALISTES

ARCHIVES

Derniers articles

2015

2014

2013


VOUS AUSSI CONTRIBUEZ SUR ART360. PROPOSEZ VOTRE ARTICLE ICI