OK

Parcours de professionnelle Elena Soboleva, Spécialiste Art Contemporain chez Artsy

Arts plastiques | Marché | Médias
PAR Pauline Weber | 24 septembre 2015, 10h50
Parcours de professionnelle
Elena Soboleva, 
Spécialiste Art Contemporain chez Artsy

Portrait d'Elena Soboleva par Molly Gottschalk



Pauline Weber
Rédactrice Art et Culture
Biographie »

Icone-facebook Icone-tweet Icone-google Icone-in Icone-post Icone-print


Bonjour Elena, vous êtes aujourd’hui Spécialiste Art Contemporain chez Artsy. Avant d’entrer dans les détails de votre fonction, pourriez-vous revenir rapidement s’il vous plait sur votre formation et votre parcours professionnel ?

J’ai étudié conjointement l’histoire de l’art et l’économie à l’Université de Toronto. Mon diplôme en poche, j’ai travaillé dans une galerie de Toronto avant de m’envoler pour New York où j’ai collaboré au sein de la Galerie Jack Shainman.

Vous avez débuté votre carrière chez Artsy en tant que coordinatrice galeries il y a maintenant trois ans. Comment votre poste a–t-il évolué avec le succès croissant de Artsy ?

Depuis mon arrivée, Artsy a en effet triplé de taille ! Le site référence maintenant plus de 60 foires d’art.

Aujourd’hui, je travaille davantage avec nos collectionneurs afin de coller au mieux à leurs exigences et à la complexité du marché. 

De plus, je m'efforce de développer une stratégie spécifique pour chaque région du monde. Cela passe par la programmation des Artsy’s VIP dans les foires internationales mais aussi par l'organisation d’événements et de ventes aux enchères.

Vous vous occupez également des projets spéciaux au sein de la compagnie. De quoi s'agit-il exactement ?

J’ai par exemple lancé les #ArtsyTakeover series, qui invitent artistes et designers contemporains à ré-inventer l’espace dans le cadre des foires d’art. À titre d’exemple, le projet de Hank Willis Thomas au Armory Show du Printemps dernier a été un si grand succès qu’il a été relayé massivement sur Instagram et par des revues de prestige à l'image de Forbes, VOGUE, Artnews, Instyle ou Vanity Fair.

Locaux d'Artsy Courtesy of Artsy
401 Broadway, 25th Floor, New York, NY 10013
 
Artsy est une plateforme innovante et sans équivalent dédiée à l’art. Comment avez-vous développé votre stratégie digitale afin de la rendre aussi performante ?
 
Nos ingénieurs et équipes créatives mettent au point des outils et des applications qui présentent l’art sous son meilleur jour tout en créant toujours plus de connexions entre galeries et collectionneurs.
 
Les outils digitaux et le marché de l’art en ligne ont en effet changé de manière radicale la façon dont les gens achètent et découvrent l’art.
 
Nous avons à ce titre mené une petite étude en interne sur les collectionneurs qui utilisent Instagram et c’est avec stupéfaction que l’on a constaté que la moitié d’entre eux faisaient dorénavant l’acquisition d’artistes préalablement découverts sur ce réseau social !
 
L’art du monde entier accessible à tous avec une simple connexion Internet, serait-ce les valeurs fondatrices de Artsy ?
 
C’est exactement ça ! Et si cela semble simple, c’est aussi très ambitieux ! Nous évoluons dans un secteur parfois réticent face au changement et à l’innovation.
 
Nous avons plus de 300 000 œuvres d’art sur notre site et nous traitons chaque jour des milliers de demandes.
 
À vous entendre, il semblerait que le monde de l’art se divise en deux catégories bien distinctes. Est-ce que je me trompe ?
 
J’ai effectivement le sentiment qu’à l’heure actuelle deux modèles de management coexistent dans le monde de l’art.
 
Celui des starts-up à fort potentiel innovant qui prônent l’ouverture d’esprit, la motivation, une hiérarchie souple et un mode de fonctionnement qui valorise ses employés, et celui plus traditionnel qui revendique au contraire tout l’inverse !
 
Chez Artsy, nous cherchons véritablement à transmettre à notre public l’amour de l’art et leur donner l'envie de se nourrir davantage.
 
En parlant d’amour de l’art, auriez-vous des conseils à partager avec des jeunes étudiants désireux de percer dans le secteur culturel ? 
 
Oui ! Et je les résumerai en 4  points :
 
- Développer des compétences propres. Pour ma part, le fait d’être titulaire d’un diplôme en économie dans le monde de l’art me permet aujourd’hui d’être à l’aise avec les chiffres, données et la stratégie.
 
- Maîtriser les réseaux sociaux. Cela peut paraître frivole mais les institutions artistiques attachent aujourd'hui de plus en plus d'importance au digital tant ils peuvent être porteurs de bénéfices immédiats.
 
- Connaître sa valeur. Bien qu'il soit nécessaire de commencer quelque part pour apprendre, ne laissez personne profiter de la situation. Chercher des métiers rémunérateurs et n'ayez pas peur de négocier votre salaire. Si seulement Lean In avait existé, lorsque j'ai commencé (rires).
 
- Soyez passionné. Travailler dans l'art n'est pas toujours facile. Bien que ce soit glamour, emplie de mondanités et de fêtes, c'est également épuisant et souvent sous-payé. Pour réussir, n’essayez pas d’équilibrer vie professionnelle et personnelle mais intégrer véritablement votre travail dans votre vie. Posez-vous donc cette question essentielle : quand j’ai achevé ma journée de travail, suis-je toujours excité à l'idée de voir de l'art ?
 
Découvrez le site internet Arsty ici : www.artsy.net


BILLETS DES ÉDITORIALISTES

ARCHIVES

Derniers articles

2015

2014

2013


VOUS AUSSI CONTRIBUEZ SUR ART360. PROPOSEZ VOTRE ARTICLE ICI